Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 10:17
c'est le printemps!

c'est le printemps!

Oui, c'est toujours d'actualité! on m'a demandé si je poursuivais ce travail... Eh bien oui car c'est un outil formidable pour aider des jeunes qui vont mal et dont le seul symptôme se révèle être -une difficulté à écrire vite et bien-.

Au fil de mes vignettes cliniques j'ai évoqué bien des histoires, bien des tracas tant chez les parents que chez les enfants, bien des interrogations et pas seulement dans le cadre scolaire mais au sein même de la famille comme si ce symptôme cristallisait à lui seul tout le mal être d'une fratrie ou d'une lignée.

Ces enfants sont un peu perdus et ce ne sont guère leurs capacités intellectuelles qui sont en question, bien au contraire. Ils sont perdus face à leur ressenti, leurs sensations anesthésiées, quelque part étrangers à eux-mêmes.
La difficulté de vivre est très prégnante chez certains et la séparation est bien souvent douloureuse : aller à l'école, partir seul en colo ou en w-e chez des amis ou de la famille ; tout départ reste une affaire sensible.

Beaucoup disent qu'ils ne se sentent bien nulle part et se plaignent d'un sentiment de vide.

Quelle aide pouvons nous leur offrir via la graphothérapie clinique? En premier lieu un étayage, un regard porteur et positif qui s'adresse directement à eux pour leur dire : "je te regarde et je vois que ...", les aider aussi à avoir la capacité de sentir et de vivre leurs émotions afin de les relancer dans leur vie et leur flux vital. Vous voyez... on est bien loin de la prise en compte de l'écriture! le travail se fait en amont ; nulle quelconque rééducation ou enseignement de l'art de bien tenir son crayon!! Il ne s'agit pas de cela et c'est bien là qu'est le problème. L'école aimerait tellement qu'il y ait un "mode d'emploi" et que l'on "répare" ces gamins.

Bien des patients souffrant de mal écrire sont des enfants qualifiés de précoces ; lorsqu'ils consultent c'est que plus rien ne va! les résultats scolaires sont très bons mais le moral est bien bas! Derrière ses performances intellectuelles se cache un petit enfant si seul ... qui se demande aussi si on l'aime pour ses résultats qui épatent tout le monde ou si on l'aime pour ce qu'il est lui??? Ce sont souvent des enfants "bien sous tous rapports" qui sourient, sont aimables et ne haussent même pas un sourcil. Derrière cet écran se dissimule souvent un immense chagrin.

Pour se protéger, ces jeunes en mal d'écriture sont capables de railler, d'ironiser sur leurs sentiments ; ils peuvent être grinçants et en apparence non concernés par ce qui les entoure.

Alors, une fois enclenchée, la prise en charge graphothérapeutique se poursuit à leur rythme mais associée à un protocole stricte : 1 séance de 45 minutes par semaine, parfois plus. Petit à petit une brèche s'ouvre d'où s'écoulent des sentiments, des émotions et au fil du temps le patient redresse la tête, se sent plus fort, plus assuré, plus en accord avec lui-même.

Le travail qui se fait est toujours créatif et plein de surprises ; à son terme, il reste toujours émouvant, touchant. Les chenilles se font papillons et s'envolent ; le contrôle incessant se fait moins lourd et le vide intérieur se remplit, se nourrit de la vie qui s'écoule rejetant au loin les couleurs de la dépression.

Au cours de ce travail thérapeutique on ne se réapproprie pas son jardin secret car au fond il n'y en a jamais vraiment eu... on trouve quelque chose d'infiniment plus précieux : son chez-soi et on fait connaissance avec son identité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages