Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 14:38
portrait au stylo de bic... (A. Giacometti) comment un -gribouillis- se transforme...

portrait au stylo de bic... (A. Giacometti) comment un -gribouillis- se transforme...

Marquer le sol de ses pas, poser son étoile sur le "walk of fame" d'Hollywood boulevard ou sa main dans la peinture pour décliner son empreinte sous toutes ses formes... laisser une trace sur les murs des grottes préhistoriques ou des graffitis sur des façades d'immeubles... qui n'a jamais éprouvé ce plaisir d'imprimer son passage sur une surface quelconque? sur un sable humide que la marée vient de découvrir ou sur une étendue de poudreuse blanche?

Peindre une toile face à un paysage -forcément sublime- aux yeux du peintre c'est faire l'expérience de la beauté de la nature. Un coucher de soleil, un champ de blé, l'océan ou les rochers à fleur d'eau qui se découvrent petit à petit à marée basse restent des paysages à contemplation illimitée, sans contour, livrés à la libre inspiration du peintre.

La clé, c'est la joie : s'émerveiller. La nature réserve toujours des surprises. Bien regarder est difficile.

Lorsque l'on accroche du regard les dessins, les portraits de Alberto Giacometti on ne peut qu'être subjugué ; les traits qu'il dépose d'une main rapide révèlent une figure sans jamais l'immobiliser, sans l'enfermer dans des contours.

Nous cultivons tous un jardin intérieur ; on peut y accéder par la peinture, la musique, les mots, la poésie...

Le psychiatre suisse Alfred Bader disait que nous avions tous "un jardin intérieur". La folie, selon lui, était d'y rester enfermé et l'art, de pouvoir en rapport des fleurs à l'extérieur".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages