Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 13:44
oeuvre de Martine Kerbaol

oeuvre de Martine Kerbaol

J'ai pu observer à maintes reprises que certains enfants étonnamment maladroits à l'écriture sont en revanche de bons dessinateurs et pour certains la peinture se révèle être un médium très intéressant ; Je dis bien : certains enfants car il y en a qui restent totalement hermétiques au dessin et se plaignent de ne pas "être doués" pour mettre en images leur précieuse et luxuriante imagination.

La graphothérapie clinique propose un travail très cadré sur le corps et la trace via des projections corporelles et colorées très archaïques.

Dans un premier temps, sous l'emprise du contrôle et coincés dans un costume de " bon élève" ils viennent à leur séance pour faire la démonstration de toute la maîtrise dont ils sont capables. Ce n'est que progressivement qu'ils se "lâchent"!

Sur ces grandes feuilles blanches ils traquent le moindre souvenir inconscient à la recherche sans doute d'émotions enfouies dans le silence. Sans rien ressentir de ce qui anime un corps on ne peut pas se comprendre ; personne ne le peut. La découverte de ce qui peut le chambouler est toujours un grand moment.

Ils s'en remettent à la trace, aux couleurs, à l'appui, à la fulgurance du trait pour se lancer dans des réalisations d'où ils tirent l'intense plaisir de regarder, tenant la feuille devant eux et osant une appréciation, enfin! gratifiante.
Bien sûr, ce n'est pas un cours de dessin et encore moins de peinture! Aucun apprentissage n'est dispensé et ne serait pas du tout le bienvenu... mes patients opposant une farouche résistance aux apprentissages. On reste dans le cadre de la thérapie.
L'idée serait plutôt de n'avoir aucun projet et rien dans la tête, ce qui est très compliqué lorsque l'on est habitué à tout contrôler.

Nous sommes loin des directives parentales : "s'il le voulait... il réussirait en classe, il pourrait même avoir de très bonnes notes" Seulement voilà, les enfants que je vois se refusent à fournir de bonnes notes (d'autres au contraire sont inféodés au résultat maximal) ; l'objectif étant le même = secouer les parents, les tenir en halène!

Un symptôme comme "la vilaine écriture trop lente ou trop illisible" ne peut s'effacer que si les parents sont capables d'y prêter une oreille lucide et bienveillante et accordent à l'enfant la confiance qui lui manque.

Il se trouve que ces projections graphiques expriment bien mieux ce qui cloche que des explications ... explications impossibles pour des enfants qui ont tant de mal à parler d'eux!

Les "tracés" permettent ainsi de s'exprimer librement ; le patient peut alors laisser retentir en lui toute son énergie et se laisser aller à quelque chose d'authentique et de créatif. Les couleurs, l'engagement corporel réveillent souvent une vieille mémoire refoulée, oubliée ; c'est ce qui permet aussi de se réapproprier ce qui empêche les geste libre pour écrire vite et bien...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages