Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 13:35
feuilles : Séraphine de Senlis
feuilles : Séraphine de Senlis
feuilles : Séraphine de Senlis

feuilles : Séraphine de Senlis

Prendre en compte ce qui nous fait plaisir... vraiment... est aussi une manière de gagner en connaissance de soi.

Lorsque des patients sont très tristes, déprimés et qu'ils n'ont pas envie d'avoir envie, cela devient un vrai défi de les aider à repérer leurs envies, les réveiller et les sortir de leur anesthésie quotidienne. C'est presque une autre façon de faire du sport mais là on muscle l'estime de soi plus que les abdos. Tout est bon, de l'origami au petit dessin laissé à la va-vite, sans compter toutes les créations sorties de leur imagination.

Il y a tant de choses à découvrir. Je me demande parfois si l'école n'a pas purement et simplement oublier ce concept : apprendre à regarder et à s'émerveiller. Se servir certes de sa tête mais aussi de ses doigts pour créer. L'école est devenue le lieu où l'on s'ennuie le plus ; certains s'amusent pour faire passer le temps... Ils divertissent les copains, bouffent leur stylo, font des blagues, rêvent, bavardent... les profs hurlent, s'exaspèrent et ça repart pour un tour!

"si les portes de la perception étaient ouvertes, alors tout apparaîtrait à l'homme tel quel -infini." (William Blake)

Comment rendre moins pessimiste un gamin qui le serait de naissance??? question posée par une maman qui savait de quoi elle parlait (elle-même très défaitiste et souvent déprimée).... En l'aimant... en le valorisant, en tentant de le faire sortir de ce cercle vicieux qui fait que face à quelque chose qui ne va pas, forcément comme il est sûr que ça ne marchera pas, eh bien ça ne marche pas!

C'est très difficile d'accepter la contrariété, d'accepter de faire ce que l'on doit faire et qu'on n'a pas envie de faire ; les contrariétés, les échecs et la souffrance qui en résultent existent bel et bien ; c'est ainsi, il faut en accepter l'idée et faire d'une difficulté une opportunité. Tout est question de dosage : comment équilibrer ce qui en soi tend parfois vers le négatif et parfois vers le positif et surtout comment se regarder avec bienveillance.

Certains jeunes se rebellent face à quelque chose qui leur est imposé = les prochaines vacances chez papy et mamy ou un séjour à l'étranger alors qu'ils ne rêvent que de se poser dans leur chambre... ; difficile de dire non, difficile de prendre sa place tout en satisfaisant tout le monde. Parfois le conflit est ouvert et la douleur réelle ; c'est très compliqué de leur dire que quelle que soit la situation qu'ils vivent, il leur est permis de relativiser ; c'est souvent la tristesse de ce qu'ils ressentent qui a besoin de se montrer, d'être entendue et ressentie.

Bien des patients, quel que soit leur âge, s'épuisent en cours parce qu'ils sont aux deux tiers absents dans leur tête. Bien des patients sont trop exigeants avec eux-mêmes pour être détendus ; pourtant toute création que ce soit faire des confitures, confectionner un gâteau ou une maquette d'avion de la 2ème guerre, peindre, colorier... absorbe et les rend présents à eux-mêmes et au moment présent. Bouger ses doigts (sauf pour écrire qui engage à bien plus!) pour le meilleur!

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Angeline 09/04/2017 20:47

j'aime me promener ici. un bel univers. venez visiter mon blog. merci

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages