Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 08:33
G. di Chirico

G. di Chirico

Je pense à un jeune patient qui vient à mon cabinet accompagné de sa mère ; il y a une demande pour un gros retard d'écriture et visiblement cela devient un réel problème en classe.

Je ne pourrai en savoir plus... je ne pourrai même pas croiser son regard car c'est au-dessus de ses forces et l'échange est sans doute perçu comme trop violent. Echec de la consultation : ce n'est pas le bon moment = il ne veut pas être aidé, il se cache dans la veste de sa mère, ne se tient pas debout, rampe sur le sol la tête cachée dans ses mains. Etait-il au courant de ce rendez-vous? y était-il préparé? en avait-il exprimé le souhait?? On me dit que oui ; je ne sais pas.

"Je suis regardé donc je regarde" et "quand je regarde, on me voit, donc j'existe". Tout est énoncé dans ces quelques lignes de Winnicott.

La confiance est sans doute ce qui est le plus nécessaire à une vie -agréable et sécure- : j'ai confiance ou je n'ai pas confiance ce qui amène tout de suite à : il y a moi, il y a l'autre et entre les deux... cet espace plein d'imprévus, cet espace où il est difficile de garder la maîtrise et encore moins d'avoir la garantie, l'assurance de ce qui va se passer dans cet entre-deux!

Cela nous renvoie à la fiabilité maternelle ; c'est la mère qui peut permettre à un enfant de prévoir, de penser à ce qu'il va découvrir : le monde! autour de lui... Lui dire qu'il n'a rien à craindre parce que quoi qu'il arrive, elle est là ; il peut se dégager d'elle, le temps de la rencontre, de l'échange en toute sécurité.

D'où mes interrogations face à ces enfants qui ne peuvent pas utiliser le regard et s'en remettre à l'autre : celui qui les voit, les regarde. Dès la première rencontre on sait que la consultation ne pourra se faire qu'avec l'accord conscient et inconscient de la mère. Il ne suffit pas de prendre rendez-vous encore faut-il valider la rencontre, assurer l'enfant que -tout va bien-.

La manière dont on est regardé, la relation que j'ai avec ceux qui m'entourent me fait regarder le monde.

Et l'écriture dans tout cela? C'est le petit fil rouge qui se donne à voir mais ce n'est pas toujours facile d'aller le choper! Michel Leiris a ces mots : "dans l'acte d'écrire, il s'agit bien de sculpter soi même sa propre statue". Mais  parfois ça coince sérieusement et le prix est lourd pour se dégager.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages