Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 15:41
photographie de Yann Monel

photographie de Yann Monel

"la vie est si courte, et l'art si long à apprendre" (Hippocrate)

La vie n'existe qu'au présent. Cela semble simple à dire mais tellement plus compliqué à appliquer au quotidien!

Les enfants que je vois en thérapie sont pris par toutes leurs activités entachées d'inquiétudes pour le lendemain ou les jours à venir... parfois les années à venir! L'état de tension est permanent et fatigant ; certains sont embarqués dans ce flux et peinent à garder la tête hors de l'eau ; d'autres ont décidé "d'endormir" les zones les plus agitées de leur esprit et de leur corps : ils suivent le flux, ailleurs ; s'échappent comme ils peuvent.

Il n'y a encore que les plus petits pour être dans ce plaisir intense du moment présent. Lorsque je regarde mon petit fils s'activer sur ses gribouillis : il est dedans intensément ; il n'y a rien d'autre, aucune autre distraction -pendant- cette activité.

Diviser son attention, c'est se créer des tensions et nous ne faisons que cela, jour après jour.

D'où la difficulté du travail de relaxation. Un patient me demandait si je savais à l'avance comment j'allais travailler avec lui?? Si le cadre de travail est très stricte tout comme les "exercices" ; l'approche demeure différente avec chaque patient. Erickson disait qu'il faut faire une théorie pour chaque personne. C'est vrai. Chaque patient est unique et il faut s'adapter à chacun, -inventer- en fonction de ce qu'il est et de ce qu'il apporte. En quelque sorte c'est comme la peinture ou la sculpture : cela reste très créatif et c'est parfois aussi l'aventure! Au lieu de s'opposer au mouvement on l'accompagne : on ne peut pas demander à un gamin qui bouge tout le temps de se tenir au "garde à vous" le temps d'une séance ; forcément il va falloir du temps pour entrer avec lui dans son rythme. Parfois ce n'est pas possible et il faut attendre le moment propice. Cela ne sert à rien de se précipiter et d'attraper le rebelle à bras le corps!

Le choix d'une couleur et son intensité, la force engagée participent à l'élaboration d'une trace qui n'est ni dessin, ni écriture ; juste une projection du corps, de la main ou du bras.

La feuille peut se couvrir de couleur verte et renvoyer à quelques mots : "on se met au vert aujourd'hui"! petite pause sans doute où le patient se mettra hors cadre ou bien acceptera le temps d'une courte halte de souffler un peu!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages