Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 13:31
huile sur toile de Philippe Lejeune

huile sur toile de Philippe Lejeune

L'enfant tendu, crispé.

Il y a bien sûr de multiples raisons et elles ne s'expriment pas toutes via le symptôme de la -vilaine écriture- ou de -l'écriture trop lente- ou -de l'écriture illisible-.
Pourtant, les enfants que je vois ont en commun une plus grande sensibilité aux séparations, au manque, à l'absence. Un grand nombre, parmi eux sont en garde alternée et je ne peux que constater (sauf rares exceptions et ceux-là ... je ne les vois pas) les remous que cela occasionne.

Il y a parfois de tels problèmes au sein du couple que l'enfant ne peut accoucher de sa famille ; c'est comme s'il devait rester au stade d'un foetus que l'on aurait mis dans un bocal de conservation!... dans le formol! Alors pour faire face ils n'y vont pas par quatre chemins : se corseter pour se détendre, se contraindre pour respirer, se crisper pour sauver les meubles.

Une semaine chez l'un... une semaine chez l'autre... qui aurait envie de changer de maison toutes les semaines???

"Au risque de se répéter, il faut dire que tous les professionnels de la santé mentale de l'enfant considèrent la séparation, le sentiment de perte et d'abandon et l'état dépressif qui peuvent en découler comme un risque majeur pour la santé psychique de l'enfant, surtout s'il est jeune, qui doit être pris en considération, analysé et traité avec beaucoup d'attention. En effet, si l'enfant a l'impression qu'il ne rencontre ni écoute ni soulagement à sa souffrance et qu'il est donc sans recours, il en vient à se couper de son propre ressenti et à se cliver, s'anesthésiant affectivement, en quelque sorte, pour ne plus ressentir la souffrance d'un vécu de séparation devenu traumatique et intolérable : il s'agit du clivage interne" (R. Roussillon).

Je rencontre souvent des enfants, des adolescents qui au premier regard semblent ailleurs... Les parents avec assurance m'affirment qu'il ou qu'elle va très bien -à part l'écriture- et qu'il ou elle supporte très bien la séparation et qu'il n'y a visiblement aucun problème... "il joue bien, travaille bien" alors qu'à peine posé à un endroit il doit déjà se préparer à le quitter. Tout le monde semble alors s'étonner que ces jeunes soient  plus préoccupés que d'autres...plus tendus aussi, au point de ne pouvoir écrire vite en classe.

Je dois avouer que ce sont plus souvent les pères qui font acte de violences verbales et contestent tout ce qui est entrepris par les mères. Comment trouver de la sécurité lorsque l'un de ses parents menace sans cesse l'autre?? Comment se sentir bien? détendu? alors que l'enfant passe son temps à tenter de s'adapter à l'un et à l'autre et à trouver un équilibre, ma foi très précaire.

Pour rappel : un enfant a besoin d'être protégé physiquement et psychologiquement ; il a besoin d'un cadre stable avec un rythme, des repères ; il a besoin de la constance de son environnement familial et besoin aussi d'avoir son "chez soi" = des choses à lui, des lieux à lui.

Déjà quand tout se passe aussi bien que possible, de façon respectueuse pour un enfant, c'est compliqué... alors que dire lorsque les relations entre les parents ne sont pas au beau fixe et pleines d'insécurité??? à méditer...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages