Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 16:49
huile sur toile (catdigue)

huile sur toile (catdigue)

Me voici passer à la vitesse "premium".... qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour ne plus avoir de publicités débiles qui s'infiltrent au milieu d'images ou de textes que vous vous efforcez de bien rédiger en y mettant aussi un contenu précieux à vos yeux : celui d'informer, de faire découvrir à d'autres une pratique, un art, ou partager simplement des réflexions.

C'est donc, armée de pinceaux, de stylos, voire du calame (roseau qu'utilisaient les Anciens pour écrire) que je trace mon chemin, la plupart du temps coloré, parfois même indigné lorsque je m'efforce de résister à "l'imbécilité heureuse"...

Je crois à la transmission, car c'est sa propre mémoire que chacun doit transmettre. Dans mon travail de thérapeute (troubles de l'écriture) c'est bien souvent là que le bât blesse. On transmet à nos enfants ce que nous tenons de nos parents, de nos grands-parents, de notre famille : c'est la clé de l'appartenance ; puis on transmet aussi nos valeurs, ce que l'on apprécie : un bon livre, un auteur, une musique etc... tout cela associé aux émotions qui accompagnent le don, ce qui nous fait vibrer, chanter, ce qui nous émeut. On reçoit en héritage le talent de ou les yeux de... le caractère de... aussi... On transmet aussi ce que nos parents nous ont offert comme le cadeau le plus précieux : leurs souffrances, leurs manques, leurs croyances... à nous de faire le tri, à nous de nous munir d'un "kit de survie" plus en accord avec ce que l'on est intimement.

Je reçois souvent des enfants "en panne" dans les apprentissages et ce n'est pas par manque d'intelligence ou de curiosité, bien au contraire. Je vois des enfants chez qui le doute et l'incertitude sont si grands qu'ils les privent du bonheur d'apprendre tant l'anxiété est grande. Ils s'affolent vite, se perdent, veulent être arrivés avant d'être partis : ceux dont l'écriture se hâte tant qu'elle arrive au bout de la ligne totalement détricotée, sans forme, sans tenue, bref : non présentable et non lisible. L'effort de construire semble si compliqué à mettre en place!

Associer, faire des liens = ce que l'on retrouve dans le fil de l'écriture via la liaison et le rythme est devenu complexe. Ils y préfèrent le mode d'emploi magique, la poudre de perlimpinpin et les parents aussi : "alors? il fait des progrès? quand pensez-vous avoir résolu son dysfonctionnement??"... bah... vu sous cet angle, je n'en sais fichtrement rien!!!

Ah... écrire de sa main, quelle jubilation! Lorsque je me laisse aller à dire cela à mes patients, ils me regardent avec des yeux ronds et s'offusquent : écrire? vous trouvez cela drôle! ah non!

Ah non? et pourquoi cela? "parce que cela fait mal"... et voilà le début de notre travail.

Tracer ses propres mots comme on dépose la peinture sur une toile, quel bonheur! Je me demande toujours comment on peut dire son amour par sms... "jtm"??? qu'est-ce à côté d'une trace manuelle? reconnaître chaque lettre... cette trace qui se grave à jamais sur la feuille et dans votre mémoire...

Bref, c'est cela accompagner un enfant et l'aider à découvrir le monde, les autres. C'est aussi pour moi, réconcilier la tête, le coeur et la main.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages