Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 13:27
désespérer d'être
désespérer d'être

Il en va ainsi de l'écriture et de son inscription. Ecrire répond à deux questions : "est-ce que je suis?" et "serais-je encore après...".

La première question taraude bien des patients qui consultent pour une difficulté à écrire -vite et bien-. Qu'est-ce qui fait que je suis moi? quelle est ma part d'hérédité? comment puis-je prendre ma place au sein même de ma famille? ne suis-je qu'un ensemble de cellules, un coeur qui bat et un cerveau qui me mène parfois on ne sait où avec des pensées qui sans cesse me bousculent?

Je suis celui ou celle qui écrit et qui en déposant un assemblage de lettres sur une feuille laisse ainsi une trace intime -même maladroite et illisible-, mais indice de ma présence et de mon existence.

"Si l'on écrit, c'est avant tout pour laisser pour un autre que l'on ne connaît pas une trace de soi-même qui, nous l'espérons, nous survivra. Ecrire c'est affirmer l'espoir, qui nous console un temps, que l'esprit, notre esprit, existera encore pour quelqu'un lorsque notre corps ne sera plus". (*A. Bentolila)

Et voilà toute la problématique des jeunes et moins jeunes qui ont des difficultés à bien écrire. On est désespérément seul devant sa feuille. L'écriture fait référence à la séparation, à l'absence, inconsciemment, à la mort.

"C'est parce que je suis, par la grâce du verbe, à la fois "traceur" et "tracé" que je peux apaiser les chiens fous qui menacent de déchirer ce Moi si fragile".

Tout est dit dans cette phrase et fait référence à ces enfants si sensibles qui, étonnamment et en dépit de bons résultats scolaires, doutent sans cesse, s'interrogent, remplis de tant de volonté et de maîtrise qu'ils y perdent toute trace de détente et de bien être.

Certains décident alors de se "rogner les ailes" face au temps qui s'écoule pour s'échapper dans des contrées où le temps sera figé à tout jamais.
On ne peut ignorer la ressemblance entre ces jeunes et Peter Pan ; une comédie musicale est d'ailleurs à l'affiche en ce moment et devrait à nouveau ravir bien des gamins!

Peter Pan où le petit garçon qui ne voulait pas grandir ; pièce de théâtre pour enfants et pour ceux qui l'ont été un jour, écrite par un homme qui entendait rester un enfant. "Peter Pan est insaisissable. Comme il le dit lui-même "je suis la jeunesse, je suis la joie, je suis le petit oiseau sorti de sa coquille". La seule chose qui lui fait vraiment peur est de devoir grandir, apprendre des choses graves et être un homme".

L'histoire de Peter Pan est avant tout la production d'une souffrance infantile, celle de son auteur James Barrie.

J'y fais souvent référence car dans mon travail et l'aide apportée à ces patients privés de leur écriture manuscrite, il m'arrive bien souvent de rencontrer des enfants tristes qui dans leur effort pour ne pas pleurer, ne pas s'effondrer et surtout ne pas oublier leur petite enfance perdent aussi la capacité de sentir, comme s'ils ne pouvaient plus distinguer ce qui est à l'intérieur d'eux et ce qui est dehors. Ils voltigent dans l'air, dans le flou total de leurs sensations.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages