Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 13:02
Mikio Watanabe

Mikio Watanabe

OUVERTURE

Qui que tu sois, le soir sors,

sors de ta chambre où tout est connu ;

ta maison, c'est la dernière avant l'étendue,

qui que tu sois.

Avec tes yeux qui fatigués peinent

à se délivrer de l'usure du seuil,

tu lèves un arbre noir, lentement, à peine,

et le plantes devant le ciel : svelte, seul.

Et tu as fait le monde. Et il est grand,

pareil à un mot qui mûrit encore dans le silence.

Et comme ta volonté comprend son sens,

tes yeux de lui se détachent tendrement...

Rainer Maria Rilke - le Livre des Images-

Via les troubles de l'écriture, je travaille sur -le dedans et le dehors-, le contenu et le contenant, le vide et le plein.

Mes patients peinent à trouver leur place, se heurtent aux règles, au cadre, aux limites. Leur corps reste souvent d'accès mystérieux : ils ne sentent pas trop ce qui le fait vibrer, ce qui le libère ou ce qui lui fait mal. Si parfois ils se lancent à corps perdu dans l'inconnu c'est en quelque sorte comme s'il sautaient très vite du plongeoir pour être mouillés plus vite et éviter ainsi d'être pris par la peur.

Les projections corporelles via la trace les aident à sentir, à être présent à eux-mêmes. Bien évidemment les émotions s'en mêlent très rapidement et c'est aussi à ce niveau qu'il est intéressant de travailler. Il en va de même dans toute création. Le dessin s'invite très souvent, un peu en force pour s'échapper, rebondir sur autre chose et ne plus sentir ce qui se trame dans son corps ; un peu comme la parole qui permet de garder le lien et de ne pas être seul.

Pourtant même dans une activité artistique il est nécessaire de poser un cadre... en tout cas de trouver une juste distance entre une certaine forme de j'menfoutisme : "je fais ce que je veux, à ma guise!" et une pratique rigide qui suit des codes établis brimant la spontanéité et menant tout droit au conformisme. Pas simple, là aussi de trouver son chemin, son rythme, sa "patte"!

On revient à la délicate question des apprentissages, ce mot qui heurte souvent mes patients : les "précoces" ou les "hyperactifs", les dysgraphiques ou les phobiques de l'école! On revient donc : au cadre... et à ce qu'il suscite : les attentes, les rejets mais aussi la sécurité, la crainte et dans tous les cas la lumière, la qualité de présence de l'adulte, garant du cadre et de sa fonctionnalité.

Lorsque le cadre est intégré, les émotions peuvent s'inviter et danser dans une "corps et graphie" du geste, qu'il soit au crayon, à la craie, au pinceau etc...
 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages