Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 11:57
et si tout commençait dans le ciel...
et si tout commençait dans le ciel...

Tout commence en regardant les étoiles ; le soir je m'endors en observant l'étoile directement dans mon champ de vision -elle apparait dans un petit coin du 2ème carreau de la fenêtre- ; la fixité, la brillance... j'ai l'impression qu'elle bouge et s'amuse à changer d'apparence.

Les enfants aiment très tôt regarder le ciel ; ils s'émerveillent de toutes ces petites lumières si étranges qui éclairent un si vaste univers. Pourquoi est-ce ainsi? il y a tant de questions qui jaillissent de la bouche des enfants. Il y a ce qui change, ce qui demeure et ce qui revient toujours.

Les philosophes de l'Antiquité se partageaient en deux courants ; certains pensant que tout changeait sans cesse et que la permanence des choses était un vain mot ; et les autres pour qui le changement ne comptait pas = il n'est rien vu que la seule chose qui ne change pas est le changement!

Je regarde autour de moi, à la plage, au restaurant, en courses et je vois des parents en solo avec leur ou leurs enfants. C'est dans l'air du temps sans doute, peut être même la norme de notre société ; je pense à certains de mes jeunes patients mais aussi à mon petit fils qui tout jeune déjà s'est vu passer d'un foyer à l'autre sans avoir son mot à dire. La seule chose qui ne change pas en effet est le changement. D'une vie à l'autre, d'une mère à un père, d'un lieu de vacances à un autre, d'une région à une autre, etc, etc... Dès le départ ces enfants voient double! Tout irait pour le mieux malgré tout si les parents y mettaient du leur... ce n'est pas toujours le cas et ce sont les enfants qui doivent prendre sur eux face au changement.

Certains patients sont des adeptes du sur-contrôle tout au long de l'année ; difficile pour eux de se détendre un peu pendant les vacances surtout lorsqu'ils sont très jeunes. A chaque changement il leur faut retrouver les marques quittées la veille pour s'adapter à de nouvelles à condition que le parent du moment ne s'emploie pas à pratiquer la "terre brûlée".

"Avec mon père, je ne peux faire cela!"... "avec ma mère, je mange ça ou ça"... L'ombre et la lumière sont changeants. Je constate très souvent à quel point ces enfants de parents séparés sont capables de cloisonner une vie comme s'ils empruntaient des couloirs différents selon les périodes : 15 jours ici, 15 jours ailleurs...double jeu pour le quotidien, double jeu pour les manques. Ils deviennent vite muets dès lors qu'il leur est demandé de -mettre dans un coin de leur tête- leurs souvenirs, leurs émois avec tel parent. C'est ce bouclier de protection qui parfois les rattrape et bloque tant leur corps que leur coeur.

Il y a des pauses heureusement... regarder un ciel étoilé un soir de vacances. Prendre le temps. "Ce qui donne sens et valeur à la vie humaine, c'est la contemplation de la Nature, et c'est grâce à cette contemplation que -chaque jour est une fête pour l'homme de bien-".

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages