Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 15:24
la pratique de tout art...

La pratique d'un art, quel qu'il soit exige de la discipline. Sans ascèse nous n'excellerons en rien. La concentration est une chose nécessaire à la maîtrise d'un art. Pourtant la concentration est de plus en plus mis à mal dans notre société où nous sommes tous embarqués dans une foule d'activités, dispersés et parfois confus. Je n'ai qu'à écouter mes patients et leurs parents ; "il n'arrive pas à se concentrer, il est tout le temps distrait ...". Nous faisons tous plusieurs choses à la fois! Parfois ce manque de concentration nous dit avant tout à quel point cela nous est difficile d'être seul avec nous mêmes. Certains patients s'agacent vite, obligés d'être attentifs à eux-mêmes ; ils sont vite agités, fébriles, voire angoissés. D'autres se laissent porter par leurs pensées, leur emploi du temps à venir...ce qu'ils vont faire le lendemain, etc... et enfin, il y a ceux qui parlent... incapables de se taire et d'être dans le silence.

La patience est aussi très sollicitée ; elle est même indispensable. On n'apprend pas un art en 2, 3 cours rapides. Il faut s'accrocher pour ne pas céder à la facilité et ne pas baisser les bras en cours de route. Tout est conçu pour aller vite et ne pas lambiner.

Il faut du temps avant de se lancer ; on contourne, on tâtonne, on expérimente, on se "plante" aussi ; il arrive même que l'on fasse des exercices, des gammes, avant d'entrer dans le vif du sujet. Cela fait partie du jeu.

On en revient à ce mot un peu haï par les jeunes : la discipline! ils la confondent souvent avec autre chose : une obligation, une contrainte qui leur imposée de l'extérieur alors qu'il en va tout autrement. La discipline peut être plaisante ; elle est alors le reflet de nos choix et de notre volonté. C'est là toute la différence. Dans les apprentissages, il est souvent plus facile de faire "comme si" ; certains s'emparent de la nouveauté, d'une technique, d'un cours sur telle ou telle matière à toute vitesse : le contenu est pré-digéré et le résultat "plaqué". Je pense à un jeune adulte incapable de faire l'effort de comprendre la grammaire, l'orthographe et utilisant le minimum de mots dans la conversation = "trop de règles!!"... il s'était mis à saupoudrer la conversation de mots très différents de son vocabulaire habituel, juste pour -faire savant- et impressionner : "ce n'est pas un copain... je lui ai dit : arrête de faire des sophismes cela m'agace".... Sophisme?? A n'en point douter il venait d'apprendre ce mot et l'employait sans cesse espérant ainsi dominer la communication... et moi, assise en face de lui. Il s'attendait sans doute à ce que je lui demande s'il comprenait bien le sens de ce mot! Sophisme... argument trompeur... c'est le moins que l'on puisse dire... Mais sait-il qu' Aristote a le premier traité des sophismes? qu'il y a des sophismes déductifs et inductifs?? Qu'importe.

Tout cela pour en arriver à la conclusion : qu'il n'y a pas de recette magique, de mode d'emploi. A chacun de trouver et d'emprunter son chemin pour son compte propre : cela demande discipline, concentration, efforts et amour.

Celui qui ne sait rien, n'aime rien. Celui qui n'est capable de rien ne comprend rien. Celui qui ne comprend rien est sans valeur. Mais celui qui comprend, celui-là aime, observe, voit...Plus on en sait sur une chose, plus grand est l'amour... Qui imagine que tous les fruits mûrissent en même temps que les fraises ne sait rien des raisins. Paracelse.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages