Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 09:20
le dialogue malgré tout...

Dans le cadre d'un travail thérapeutique avec les enfants, on est en première ligne aussi avec les parents. Les situations familiales sont variées et pas toutes "classiques" : recomposées, monoparentales, séparées pour le meilleur et parfois aussi pour le pire... Au milieu? des enfants qui ont aussi à "composer" avec deux paysages.

Il y a des jeunes qui vivent dans un foyer où un père (exemple fréquent) présente des traits de caractère -pervers narcissique-. Il est difficile voire impossible de gérer un pervers narcissique, un seul système semble permettre de conserver une communication sans y laisser "trop de plumes" : l'assertivité.

Assertivité veut dire : oser s'exprimer, savoir dire non, savoir demander et savoir aussi se défendre! Car au quotidien, les échanges avec un pervers narcissique relèvent du parcours du combattant et il est préférable d'avoir des outils à sa disposition pour ne pas devenir fou.

Harold Searles a écrit un livre ô combien instructif concernant les Etats Limites dans lequel on pense aussi au pervers narcissique : "l'effort pour rendre l'autre fou"

Le pervers narcissique vous inflige presque à tous les coups un discours confus, agressif qui vous prend de front au moment où vous vous y attendez le moins. Tout est prétexte à l'attaque. Bref, il est vital de garder confiance en soi, tant pour conserver un échange cohérent que pour ménager l'enfant entre les deux parents. Le pervers narcissique oublie que s'il a des droits il a aussi des devoirs. Il n'en a cure! Il a besoin d'être sans cesse cadré car il ne connaît pas le mot "limites".

L'assertivité offre la possibilité d'être sur deux bases solides : l'affirmation de soi et le respect de l'autre. C'est un bon moyen de se garder de la colère et de la peur, armes habituelles du pervers narcissique.

L'enfant, hélas, est le premier au front car ainsi le père (ou la mère... mais c'est beaucoup plus rare!) garde la main sur la proie : la mère ; cette mère qui a eu l'outrecuidance et le courage de le quitter. L'enfant qu'on le veuille ou non est impliqué et risque d'emblée d'être instrumentalisé. Il faut très tôt ouvrir l'oeil pour contrecarrer l'influence néfaste et destructrice du pervers.

Théodore Yves Nassé, professeur en psychologie et expert auprès des tribunaux n'y va pas par quatre chemins : si vous ne quittez par un pervers, "l'enfant est presque perdu". La mère doit être un rempart : quoi de plus fort pour protéger son petit d'un père -pas fini- pour qui l'autre n'est qu'un objet et dont les frontières internes sont très incertaines...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

.

De la trace écrite à la peinture à l'huile...

 

Tous les chemins pour accéder à un geste plus libre...

 

Qu'est-ce que cela veut dire :  être dysgraphique??


Mon cheminement prend racine dans mon expérience de "graphothérapeute-clinicienne" à travers l'approche quotidienne du corps de mes jeunes patients qui souffrent de mal écrire.Tout comme l'écriture, la peinture passe aussi par le corps ; du regard à la main.

Je peins depuis que je suis enfant, attirée par les traces de toutes sortes : traces d'écriture, de dessin, de pastels, d'aquarelles ou d'encres.

C'est à travers un dédale d'expériences personnelles et thérapeutiques que je me suis "lancée".
Ma démarche est celle d'une promeneuse solitaire qui s'émerveille des paysages de mer : de Bretagne, d'outre-mer ou d'ailleurs.                                    

Le Finistère Nord est mon terrain de jeu, ma boîte de couleurs : de Brest à Carantec, de Morgat aux Abers, de Brignogan à Roscoff ; c'est là que je me ressource et découvre toujours de nouvelles teintes, de nouvelles lumières comme si je les découvrais pour la première fois.
Regarder est si difficile...

 

J'ai créé ce blog pour partager mes réflexions et des instants de ma vie de thérapeute et de peintre.

Quoi qu'il arrive, penser que nous sommes toujours en transition, en devenir, pourrait nous fournir une capacité à rebondir extraordinaire.

"Etre créatif, c'est avoir le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue" (D.Winicott)

@

à maux couverts

Cette page -référencée- dans les articles vous permet de poser des questions sur tout ce qui de près ou de loin a trait à l'écriture : apprentissage dès le cp, problèmes rencontrés, tous les "dys" : dysgraphie, dyspraxie, dysorthographie, dyslexie ; les troubles de l'écriture : écriture trop lente, illisible, saccadée, sale avec des ratures, des lettres oubliées, écriture trop grosse, trop petite, etc...

Il vous suffit d'ajouter un commentaire en bas de cette page.

Je vous répondrai dans la mesure de mes compétences.

N'hésitez pas à me faire part de vos interrogations, vos expériences personnelles, celle de vos enfants, de vos remarques concernant les sujets que j'évoque dans ce blog.

* Merci de ne pas faire de copier/coller de mes textes sur vos blogs. Demandez-moi!

* Toutes les vignettes cliniques parlent de patients "fictifs" bien sûr et de situations choisies sans lien particulier avec telle ou telle personne. Le travail thérapeutique est strictement confidentiel.

Pages